top of page
Rechercher
  • Pascal Guillotin

Le désir et le bonheur grâce à une activité sexuelle plus épanouie

Être heureux dans nos civilisations occidentales est au centre des préoccupations modernes, loin de la simple satisfaction des besoins nous cherchons, aussi bien dans l'amitié, la famille et le couple un équilibre pas toujours facile avec le travail et les trépidations de la vie moderne.

Quoiqu'on en pense et quelque soit la place qui lui est donnée par le couple, l'individu ou le système social, la sexualité est l'un des moteurs les plus puissants de l'énergie positive, de "l'allant" vers l'autre et, si cela est souvent difficile, c'est parce qu'en notre intime conviction nous savons la place et la puissance de la "chose" !


Le sexe c'est bon pour la santé

La sexualité est évolutive et de l'adolescence au grand âge, nous traversons cycles et périodes qui nous modèlent et nous transforment.

Vivre sa sexualité de manière satisfaisante contribue à la santé physique et psychique à plusieurs niveaux.


Une meilleure estime de soi


Faire l’amour régulièrement contribue à renforcer l’estime de soi et la confiance en soi, on se sent désirable et désiré, capable de recevoir et de donner du plaisir à un partenaire. Ce plaisir intime partagé est enrichissant sur le plan émotionnel, favorise la connaissance de soi et l’attachement entre les partenaires.


Il éloigne la maladie

L'étreinte, le touché, les câlins,...grâce à leur action sur la chimie positive du corps, favorisent la production d'ocytocine ( l'hormone du bonheur). Les endorphines, elles, sont sécrétées lors des situations de stress ( la parade sexuelle ?) et lors des efforts physiques (après la parade réussie..) et vont renforcer le système immunitaire .


Réduction du stress

Le sexe a également une fonction anxiolytique. L'énergie déployée pendant le jeu sexuel contribue à équilibrer, grâce à l'activité musculaire, le taux de cortisol. L’orgasme, avec la libération hormonale ainsi que neurogénique qui l’accompagne, renforce également une réduction des manifestations du stress.


Chez l’homme : diminution du risque du cancer de la prostate grâce aux contractions du périnée, la prostate est stimulée. Des études montrent qu'avec des éjaculations régulières le risque de cancer prostatique est significativement réduit .

A noter également que la constitution du corps de la verge est faite de telle manière que plus on s'en sert plus ça marche ...

Chez la femme : maintient la tonicité des muscles du plancher pelvien. L'activité sexuelle régulière tonifie et entraîne les muscles du plancher pelvien (muscles de la zone génitale), ce qui améliore la qualité des orgasmes au fil du temps et permet de lutter contre le relâchement du périnée qui survient en post-partum, ou à la ménopause.

Chez l'un comme chez l'autre, le maintien d'un bon niveau hormonal de l'ensemble du corps est relié "à l'usage" et puisque la nature aime l'économie "si l'on ne s'en sert pas, ça s'en va" avec toute la cohorte de manifestation (prise de poids, assèchement de la peau, perte de masse musculaire ...).


Alors "au lit", ou à la cuisine, dans la tente, sur la plage, la voiture, le toit de la bergerie et autres endroits où la vie et l'envie vous porteront pour aller mieux !



53 vues0 commentaire

Comments


bottom of page