top of page
Rechercher
  • Pascal Guillotin

A côté de mes pompes ,ou l'ancrage en sophrologie .

Dernière mise à jour : 5 févr. 2021

Avoir les pieds sur terre, la tête sur les épaules ou, à contrario, la tête ailleurs, dans les nuages, les étoiles,dans le guidon ou à l'envers sont autant d'expressions populaires pour traduire la manière dont à l'instant présent nous sommes, ou pas, relié à nos réalités fondamentales avec tout notre potentiel de corps et d'esprit .



Les pied sur terre n'engagent pas forcément à la poésie, tout autant que la tête dans les nuages n'engage à appréhender les réalités objectives . Si nous acceptons la sagesse ancestrale du sapiens, la bonne mesure est encore une fois dans le juste milieu ; la tête dans les nuages et les pieds sur terre . En bref Baudelaire et le capitaine Haddock ...


Dire de quelqu'un qu'il est enraciné ou ancré c'est dire qu'il est présent à sa vie, à la réalité de son corps et à la matière de son environnement, conscient de sa place dans le monde et de la place ,dans sa vie, de son corps, de sa sexualité et de ses besoins .

Mais cela englobera aussi le fait de reconnaitre son passé,son ascendance et ainsi accepter l'existence comme un tout continu fait d'interactions dans lequel on ne peut être qu'à sa juste place .

On peut dire aussi être "centré" et là, l'image devient alors celle d'une personnalité qui prend conscience d'une base, d'un endroit profondément installée en elle et qui permet de donner un point de départ pour interagir avec l'extérieur , se concentrer par exemple; c'est à dire porter l'attention de soi (son centre) vers un autre point (dehors ou dedans).



Mon corps est ma maison et habiter mon corps c'est "habiter le monde" !


S'ancrer permet donc d'être pleinement à ce que l'on fait mais aussi, et ce n'est pas rien, de pouvoir voyager à l'intérieur de son esprit, dans l'imaginaire, le rêve, les pensées,... Pouvoir se perdre dans les chemins intérieurs mais, à la fin, connaitre un endroit où revenir, un refuge, un abri ,une maison du dedans un peu plus connue à chaque visite.

Se mettre en mouvement, se propulser vers de nouvelles directions, de nouveaux choix nécessitent une base saine et solide que le travail de l'enracinement développe et rend conscient .

Et alors s'enraciner c'est alors ouvrir la possibilité du voyage .



Le manque d'ancrage


Mais être constamment dans ses pensées fragilise l'ancrage et un ancrage fragile nous mène à être tout le temps dans les pensées, le mental; alors viennent les regrets,les remords et la vision d'un futur avec de l'angoisse... et la confiance en soi s'en va .

Cela génère dans le corps quelques désagréments : une fatigue inexpliquée, les membres inférieurs froids, une circulation des fluides dans les jambes difficile, un équilibre fragile notamment dans certaines situations , une tendance à cogiter, des angoisses, des difficultés à prendre du plaisir ou des décisions, , etc,...


Beaucoup de symptômes peuvent accompagner les difficultés à habiter son corps et le monde et le meilleur moyen de s'en défaire est de commencer d'établir un dialogue avec soi ou, au moins, une tentative d'observation des émotions qui nous traversent, des sensations corporelles qui nous donnent des messages , de nos tics, expressions, réactions dans certaines circonstances. Essayez d'observer la position de votre corps, de vos pieds lorsque vous conversez avec quelqu'un ! Êtes vous stables ou comme un roseau dans le vent, votre regard est il tourné vers l'autre ou vers l'ailleurs ?


Habiter son corps est comme habiter une maison et d'en connaitre, après quelques visites, un peu mieux la structure, l'agencement, les possibilités, les entrées, les sorties, les forces et les faiblesses .



Dans le livre The thinking Body, Mabel Elsworth Todd fait la remarque suivante: "Avec les recherches intellectuelles et le développement de la parole et de la dextérité des mains, l'homme a fini par être absorbé par la partie supérieur de son corps. Ceci, joint à des conceptions erronées sur l'apparence physique ou la santé, a transféré son sens de la puissance du bas vers le haut de sa structure."

La plupart des occidentaux sont centré dans la partie supérieur de leur corps, surtout dans la tête et l'idée du cœur (l'emplacement du moi, de la conscience et de l'amour). Heureusement les récentes recherches ont descendues un peu notre centre de vie en mettant au jour l'importance de notre "cerveau du ventre" ou "cerveau des émotions" qui cohabite, tiens tiens , avec le centre fonctionnel du déplacement ( les Psoas ou muscles de l'âme et seuls muscles articulant le haut et le bas du corps ).

Ailleurs; le Hara au japon; le Dantian inférieur en chine (océan d'énergie) ,Svadishthana (siège du Soi) du hathayoga, Sefira Yesod ou lieu inférieur de la conscience pour la kabbale.


On voit tout l'intérêt partager autour du monde de revenir dans ce lieu si précieux du bas de notre corps .

Et nous avons maintenant un peu plus de lucidité sur le fait que les maux de l’âme et de l'esprit ont leurs retentissements sur notre véhicule de chair .

Au sens large, l'enracinement vise à aider à s'identifier un peu plus à sa nature animale , a son centre vital profond.

En nous poussant trop vers le haut du corps, en nous raidissant et déséquilibrant nos appuis nous perdons beaucoup de souplesse de grâce et de fluidité, au sens propre comme figuré .





Travailler son enracinement


Beaucoup de thérapie et notamment la sophrologie travaillent à s'enraciner et dans les séances c'est un outil précieux .


Mais pourquoi ne pas s'ancrer en conscience chaque jours, chez soi, au travail, dans la nature, avant une tâche ou pendant une transition entre deux états ?


Pratique


Quelques minutes le matin au levé ,debout, les pieds nus, en portant attention à l'égalité de la position de vos pieds , du poids de votre corps également répartis sur les plantes,les orteils et les talons , les genoux déverrouillés pour se sentir aussi fort que souple ...le ventre et les épaules relâchés ( personne ne regarde) et puis respirez calmement.

Essayez chez vous et observez les changements d'abord subtils puis sensibles dans votre manière d'aborder les situations, les idées et les gens ; un sentiment de plus grande sécurité, d'énergie, de confiance en soi et dans les possibilités qui s'ouvrent va progressivement vous emplir.


Et si vous sentez qu'un vent léger ou puissant souffle sur vous dans ces moments d'heureux travail c'est que vous êtes alors un arbre puissant et majestueux et que vos racines s'enfoncent loin sous la terre pour y puiser l'énergie du monde et renforcer la votre !






124 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page